De plus en plus de femmes en France réalisent leur suivi gynécologique avec leur médecin généraliste, et, du fait de la démographie des gynécologues médicaux, cette proportion devrait poursuivre sa croissance dans les années à venir. Ainsi, une étude réalisée par le laboratoire Thalès en 1999 avait déjà mis en évidence un nombre moyen de consultation chez le médecin généraliste pour motif gynécologique de 3.6 par femme et par an. Celui-ci occupe donc une place primordiale dans cette discipline.

Le suivi gynécologique a lieu tout au long de la vie : de la puberté à la ménopause, l’histoire gynécologique des femmes va évoluer et le praticien devra pouvoir répondre aux différentes problématiques qu’elles pourraient rencontrer : cycles irréguliers, douleurs pelviennes ou mammaires, migraines cataméniales, dyspareunies …

Dans ces diverses situations : comment mener l’interrogatoire ? Quels examens prescrire ? Quand orienter la prise en charge avec un spécialiste ?

Il est donc indispensable pour les médecins généralistes de pouvoir répondre aux besoins de leurs patientes en renforçant leurs connaissances sur le suivi gynécologique et en optimisant leur prise en charge en cas de trouble du cycle menstruel : comprendre les enjeux et les orientations diagnostiques, prescrire les examens complémentaires adéquates et adapter la prise en charge.

L’objectif de cette formation est de permettre au praticien de répondre rapidement et efficacement aux besoins de leurs patientes pendant toute la période d’activité génitale, et en dehors de la grossesse et de maintenir leur pratique au plus proche des recommandations nationales ou internationales.

Objectifs pédagogiques

  1. Savoir mener un interrogatoire complet dans le cadre du suivi gynécologique
  2. Savoir reconnaitre une situation pathologique dans le suivi gynécologique
  3. Savoir quel bilan prescrire en cas d’anomalie du rythme du cycle et comment l’interpréter
  4. Connaitre les grandes étiologies des troubles du rythme du cycle et leurs conséquences sur la prise en charge gynécologique et globale de la femme.
  5. Connaitre les indications et contre-indication à la prescription d’un traitement hormonal substitutif
  6. Rechercher et prendre en charge les différents symptômes du syndrome prémenstruel et les dysménorrhées. Evaluer leurs impacts sur la qualité de vie de la femme
  7. Reconnaitre les situations d’urgence en cas de saignements utérins
  8. Connaitre les causes de méno-/ métrorragies en fonction de l’âge
  9. Connaitre les examens complémentaires à réaliser en cas de ménorragies et les différentes options thérapeutiques possibles
  10. Connaitre les examens complémentaires à réaliser en cas de métrorragies et les différentes options thérapeutiques possibles
  11. Savoir rechercher les dyspareunies et connaitre les principales causes
  12. Savoir rechercher des signes de violences et poser la question
  13.  

Déroulé pédagogique

  • Interrogatoire

Que rechercher à l’interrogatoire ?

Quels antécédents familiaux indispensables à rechercher ?

Quels éléments du mode de vie à rechercher ?

  • L’examen clinique

Quand réaliser un examen clinique ?

Que rechercher à l’examen clinique ?

  • Les examens complémentaires

Y a-t-il des examens complémentaires systématiques à réaliser ? 

  • Cycles irréguliers : généralités

Qu’est-ce qu’une anomalie du cycle ?

Que rechercher à l’interrogatoire et à l’examen clinique ? 

Quel bilan complémentaire à prescrire ?

  • Insuffisance ovarienne prématurée

Que rechercher spécifiquement à l’interrogatoire et à l’examen clinique ?

Quelles explorations complémentaires à prévoir ?

Quelle prise en charge pour ma patiente ?

Que lui dire pour la fertilité ?

  • L’Hypogonadisme hypogonadotrope

Que rechercher spécifiquement à l’interrogatoire et à l’examen clinique ?

Quelles explorations complémentaires à prévoir ?

Quelle prise en charge pour ma patiente ?

Que lui dire pour la fertilité ?

  • Le syndrome des ovaires polykystiques

Que rechercher spécifiquement à l’interrogatoire et à l’examen clinique ?

Quelles explorations complémentaires à prévoir ?

Quels sont les diagnostiques différentiels à ne pas manquer ?

Quelle prise en charge pour ma patiente ?

 Que lui dire pour la fertilité ?

  • Autres causes de troubles du cycle

Connaitre les causes utéro vaginales d’aménorrhée.

Et si c’était une cause non gynécologique ?

  • Le traitement hormonal substitutifs (THS)

A qui prescrire un THS ?

Quelles sont les contre-indications ?

Comment prescrire un THS ?

  • Syndrome pré menstruel

Comment reconnaitre un syndrome prémenstruel ?

Quelles sont les symptômes ?

Faut-il prescrire des examens complémentaires ?

Quelle prise en charge pour ma patiente ?

  • Dysménorrhées (hors endométriose)

Savoir rechercher les éléments en faveur de dysménorrhées primaires ou secondaires

Faut-il prescrire des examens complémentaires ?

Quelle prise en charge pour ma patiente ?

  • Migraines cataméniales

Savoir définir des migraines cataméniales et rechercher la présence d’auras

Quelle prise en charge pour ma patiente ?

  • Les Ménorragies

Savoir évaluer les critères de gravité des ménorragies.

Quelles sont les orientations diagnostiques devant des ménorragies ? Connaitre les principales pathologies en fonction de l’âge de la patiente

Quel bilan complémentaire ?

Quelle prise en charge pour ma patiente ?

  • Les Métrorragies

Quelles sont les orientations diagnostiques devant des métrorragies ? Connaitre les principales pathologies en fonction de l’âge de la patiente

Quel bilan complémentaire ?

Quelle prise en charge pour ma patiente ?

  • Dyspareunies profondes

Quelles sont les orientations diagnostiques devant des dyspareunies profondes ?

Quel bilan complémentaire ?

  • Dyspareunies superficielles

Quelles sont les orientations diagnostiques devant des dyspareunies profondes ?

Quel bilan complémentaire ?

  • Dyspareunies sans cause organique sous-jacente

Savoir rechercher des violences ou un évènement traumatique

Quelles sont les grandes lignes de la prise en charge ?

Modalités pratiques

Prochaines sessions

Vous disposez d’1 mois pour suivre votre formation à votre rythme.

Edimark Formation est un organisme de formation agréé par l’Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (DPC) et certifié Qualiopi. Nous proposons des formations au format e-learning aux médecins généralistes exerçant en libéral ou en milieu hospitalier.

Ce que disent vos confrères

0  %
nous recommandent *
0  %
ont fait évoluer leur pratique *
18.1 /20
Qualité clinique de nos formations *

Un DPC indispensable pour tout médecin généraliste.
Très utile, très pratique, et formidablement conté par l’auteur.

Dr Robert TOUITOU
Médecin Généraliste

Très enrichissante et à portée de notre pratique quotidienne.

Dr Christiane PIVOT
Médecin Généraliste

Un grand merci au DR Bellaiche pour cette formation très complète avec toujours ce mélange inimitable de partage d’expérience, d’humour et de grande rigueur scientifique que j’appréciais déjà chaque année aux journées Médecine et Enfance.

Dr Hélène GUICHARDET
Médecin Généraliste
* Chiffres issus de l’enquête de satisfaction réalisée de Novembre 2022 à Décembre 2023

Vos confrères ont également consulté

La dénutrition est largement sous-estimée en pédiatrie. Pourtant son dépistage a fait l’objet d’une recommandations HAS chez l’adulte, mais aussi chez l’enfant.

La nutrition du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent, diffère de celle de l’adulte d’un point de vue quantitatif et qualitatif. Il existe en effet des recommandations d’apports en macro et micronutriments à chaque tranche d’âge pédiatrique qui vont permettre à l’enfant et l’adolescent d’avoir un développement et une croissance staturopondérale satisfaisants. Certains régimes mis en place chez l’adulte dans une optique de prévention de la survenue de certaines maladies ne sont pas adaptés à la population pédiatrique et risquent même d’être délétères et entrainer une dénutrition.

De même, l’impression qu’un symptôme le plus souvent digestif est en relation avec la consommation d’un aliment ou groupe d’aliments consommés conduit parfois les familles à faire des restrictions alimentaires inadaptées pouvant être responsables de carences nutritionnelles parfois sévères.

Ainsi, l’évaluation de l’état nutritionnel et l’interrogatoire sur l’alimentation consommée par l’enfant ou l’adolescent devrait faire partie intégrante de toute consultation et entrainer ou non la prescription d’examens complémentaires.

Par ailleurs, certaines pathologies digestives, nutritionnelles ou allergiques peuvent conduire à la prescription d’un régime spécifique qu’il faut savoir encadrer et suivre de façon adaptée.

Comment, en pratique dépister une dénutrition ? conseiller les parents sur l’alimentation de leur enfant afin de l’éviter ou la combattre ? Dans quelle situation prescrire des examens complémentaires ? Quand prescrire des supplémentations ? Des compléments nutritionnels ?
Quand orienter en milieu hospitalier pour avoir recours à une nutrition artificielle ?

Au travers de courtes situations cliniques vécues, à chaque âge pédiatrique, nous illustrerons les questions qui se posent en pratique en matière de dénutrition avec des réponses basées sur « l’evidence based medicine », les dernières recommandations internationales et de l’HAS. Nous proposerons d’établir une alimentation type pour encadrer des régimes restrictifs ou déviants. Devant certaines situations relatives à l’état nutritionnel des patients vus en ambulatoire, nous appliquerons un raisonnement clinique permettant d’éliminer et de poser des hypothèses diagnostiques conduisant à la prescription d’une alimentation spécifique et enrichie.

Objectifs pédagogiques

  1. Connaitre les principaux besoins nutritionnels recommandés du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent
  2. Reconnaitre une dénutrition, en fonction de l’âge, devant des symptômes et savoir quand il faut s’inquiéter et demander un avis spécialisé
  3. Savoir adapter le régime alimentaire à la suite de l’interrogatoire et de l’examen clinique pour éviter l’apparition d’une dénutrition
  4. Savoir demander et surtout ne pas demander des examens complémentaires pour diagnostiquer une dénutrition
  5. Connaitre les supplémentations nutritionnelles nécessaires chez les enfants/ adolescents suivant un régime d’éviction
  6. Savoir rassurer des parents dans certaines situations à faible risque de dénutrition
  7. Savoir repérer les pathologies éventuellement en cause d’une dénutrition à l’âge pédiatrique
  8. Savoir prescrire une alimentation hypercalorique, des compléments nutritionnels oraux
  9. Connaitre les spécificités alimentaires dans certaines situations physiologiques propice à une dénutrition : le sport intensif
  10. Savoir prévoir un suivi régulier pour évaluer l’état nutritionnel des enfants et adolescents et savoir quand adresser en milieu hospitalier si situation à risque

Déroulé pédagogique

Chaque chapitre sera illustré par des cas cliniques imagés selon le même déroulé, aux différents âges pédiatriques :

  • Symptômes allégués et alimentation mise en place par les parents ou l’enfant
  • Quelles questions poser ?
  • Que rechercher à l’examen clinique ?
  • Doit-on s’inquiéter ?
  • Quelles hypothèses diagnostiques formulées ?
  • Comparer ses hypothèses avec le dictionnaire des résultats de consultation
  • Faut-il prescrire des examens complémentaires ?
  • Expliquer le régime- Proposer des repas types- Rédiger l’ordonnance
  • Prévoir un suivi adapté
  1. Savoir différencier le physiologique du pathologique
  2. Connaitre les critères de dénutrition
  3. Identifier les risques nutritionnels
  4. Quand prescrire des examens (modalités de réalisation des bilans)
  5. Bonnes pratiques en matière de prise en charge ambulatoire : que rechercher à l’interrogatoire
    • Chez le nourrisson (alimentation lactée exclusive et diversification alimentaire)
    • Chez le jeune enfant (de 1 à 3 ans)
    • Chez l’enfant (de 4 à 11 ans)
    • Chez l’adolescent (de 12 à 18 ans)
    • Chez l’enfant sportif
  1. Que rechercher à l’examen clinique
  2. Quel régime mettre en place
    • Diarrhée aigue
    • Douleurs abdominales
    • Pathologies liées au gluten
    • Maladies inflammatoires chroniques intestinales
    • Hypercholestérolémie
    • L’enfant allergique aux protéines de lait de vache
    • L’enfant avec une autre allergie alimentaire isolée ou multiples
  1. Que recherchez à l’interrogatoire
  2. Faut-il prescrire des examens complémentaires
  3. Une supplémentation est-elle nécessaire
  4. Faut-il mettre en place des mesures spécifiques
    • Sans lait
    • Matière grasse
    • Végétarien
    • Végétalien

Modalités pratiques

Prochaines sessions

Vous disposez d’1 mois pour suivre votre formation à votre rythme.

    Edimark Formation est un organisme de formation agréé par l’Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (DPC) et certifié Qualiopi. Nous proposons des formations au format e-learning aux médecins généralistes exerçant en libéral ou en milieu hospitalier.

    Ce que disent vos confrères

    0  %
    nous recommandent *
    0  %
    ont fait évoluer leur pratique *
    18.1 /20
    Qualité clinique de nos formations *

    Un DPC indispensable pour tout médecin généraliste.
    Très utile, très pratique, et formidablement conté par l’auteur.

    Dr Robert TOUITOU
    Médecin Généraliste

    Très enrichissante et à portée de notre pratique quotidienne.

    Dr Christiane PIVOT
    Médecin Généraliste

    Un grand merci au DR Bellaiche pour cette formation très complète avec toujours ce mélange inimitable de partage d’expérience, d’humour et de grande rigueur scientifique que j’appréciais déjà chaque année aux journées Médecine et Enfance.

    Dr Hélène GUICHARDET
    Médecin Généraliste
    * Chiffres issus de l’enquête de satisfaction réalisée de Novembre 2022 à Décembre 2023

    Vos confrères ont également consulté

    L’acte de vaccination est un acte de prévention contre des maladies infectieuses pouvant mettre en jeu le pronostic vital. La découverte des vaccins au début du 20eme siècle survient dans un monde où les maladies infectieuses sont responsables d’une bonne partie des décès. Les vaccins sont alors accueillis comme une arme efficace pour faire baisser la morbi-mortalité liée à ces maladies pour lesquelles on ne dispose pas toujours de traitement curatif.

    La vaccination reste un sujet d’actualité, notamment lors de la pandémie de Covid, avec l’arrivée de vaccins ayant permis le contrôle de la pandémie. Actuellement on note également le lancement de la campagne de vaccination contre HPV dans les collèges, un virus oncogène responsable de milliers de cas de cancers que l’on aurait pu éviter.

    En parallèle, malgré les succès de la vaccination, on voit émerger ou persister une forme de réticence ou d’hésitation envers la vaccination, pouvant être la cause d’une réduction de la couverture vaccinale, au péril de revoir émerger des épidémies de maladies telles que la rougeole.

    Nous souhaitons ici donner des clés pour protéger le mieux possible les patients adultes contre les maladies à prévention vaccinale, en fonction de leur profil et désamorcer une éventuelle hésitation vaccinale. Nous aborderons les différentes étapes de l’interrogatoire pour pouvoir identifier le calendrier vaccinal adapté à chaque patient selon ses facteurs de risque, tout en recherchant d’éventuelles contre-indications. En effet on distingue des populations particulières pour lesquelles on propose une adaptation du calendrier vaccinal, par exemple les personnes immunodéprimées, les migrants, les personnes présentant une maladie chronique, les personnes âgées, etc. Au terme de cette formation, vous serez capable de prescrire des vaccins et de les administrer par vous-même quel que soit le profil du patient.

    Objectifs pédagogiques

    1. Connaitre les bases de la vaccination pour pouvoir l’expliquer de façon simple
    2. Identifier les principales maladies à prévention vaccinale : leur fardeau épidémiologique, , les modes de transmission, les principaux signes cliniques et les populations cibles
    3. Connaitre le calendrier vaccinal en vigueur en France et savoir l’adapter au profil de chaque patient selon ses facteurs de risque et les contre-indications éventuelles
    4. Savoir mener un interrogatoire pour proposer un calendrier vaccinal adapté
    5. Savoir administrer un vaccin, pouvoir en déclarer les éventuels effets secondaires à la pharmacovigilance et en assurer la traçabilité
    6. Pouvoir mener un entretien motivationnel pour amener une personne hésitante à se faire vacciner, augmenter la couverture vaccinale des soignants

    Déroulé pédagogique

    • Histoire de la vaccination

    Les différentes stratégies vaccinales

    Le principe de couverture vaccinale

    Tableau vaccinal

     

    • Bases immunologiques 

    Le principe d’antigène

    Réponse immunitaire humorale et cellulaire de mémoire du système immunitaire

    Principes de rappels pour entretenir l’immunité

     

    • Différents types de vaccins

    Les vaccins vivants, inactivés ou inertes

    Principes des adjuvants

    Pour chacune des maladies citées ci-dessous, les items suivants seront abordés :

    • L’épidémiologie
    • La transmission
    • Les signes cliniques
    • La population à risque
    • Les objectifs de la vaccination
    • Quand et comment vacciner
    1. DTP
    2. Coqueluche
    3. Rougeole Oreillons Rubéole
    4. Varicelle
    5. Zona
    6. Hépatite B
    7. Hépatite A
    8. Grippe
    9. VRS
    10. HPV
    11. Pneumocoque (Méningites et pneumonies)
    12. Covid
    13. Haemophilus et méningocoques
    14. Fièvre jaune

    Présentation du calendrier vaccinal en population générale

    Contre-indications / Allergie

    Adaptation du calendrier vaccinal aux populations particulières : Immunodéprimés, SEP, sujets âgés, femme enceinte, migrants, patient présentant une maladie chronique, personnel soignant

    Rattrapage vaccinal comment faire ?

    Qui peut vacciner ? (Prescripteurs/vaccinateurs) 

    Certificat individuel de vaccination papier

    Carnet de vaccination électronique « Mes Vaccins.net »

    Mon espace santé.fr

    Déclaration d’un effet indésirable (pharmacovigilance)

    Déroulement de la consultation de vaccination, interrogatoire avant de vacciner

    Hésitation vaccinale

    Administration du vaccin 

    Mise en pratique selon populations cibles 

    Modalités pratiques

    Prochaines sessions

    Vous disposez d’1 mois pour suivre votre formation à votre rythme.

    Edimark Formation est un organisme de formation agréé par l’Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (DPC) et certifié Qualiopi. Nous proposons des formations au format e-learning aux médecins généralistes exerçant en libéral ou en milieu hospitalier.

    Ce que disent vos confrères

    0  %
    nous recommandent *
    0  %
    ont fait évoluer leur pratique *
    18.1 /20
    Qualité clinique de nos formations *

    Un DPC indispensable pour tout médecin généraliste.
    Très utile, très pratique, et formidablement conté par l’auteur.

    Dr Robert TOUITOU
    Médecin Généraliste

    Très enrichissante et à portée de notre pratique quotidienne.

    Dr Christiane PIVOT
    Médecin Généraliste

    Un grand merci au DR Bellaiche pour cette formation très complète avec toujours ce mélange inimitable de partage d’expérience, d’humour et de grande rigueur scientifique que j’appréciais déjà chaque année aux journées Médecine et Enfance.

    Dr Hélène GUICHARDET
    Médecin Généraliste
    * Chiffres issus de l’enquête de satisfaction réalisée de Novembre 2022 à Décembre 2023

    Vos confrères ont également consulté

    • Grossesse

      Identifications des situations à risques et prise en charge des complications
      • Programme intégré
      • Action DPC 99TW2325016
      • 12 heures 100% en e-learning
      • 100% pris en charge DPC (1026 €)
      • 540 € d'indemnisation DPC
    • L’endométriose

      Des recommandations… à la juste prescription
      • Programme intégré
      • Action DPC En cours de publication
      • 13 heures 100% en e-learning
      • 100% pris en charge DPC (1 073)
      • 585 € d'indemnisation DPC
    • Infections Sexuellement Transmissibles

      Tout ce qu’il faut savoir sur les IST, la prévention du VIH et la santé sexuelle
      • Programme intégré
      • Action DPC 99TW2325009
      • 13 heures 100% en e-learning
      • 100% pris en charge DPC (1073 €)
      • 585 € d'indemnisation DPC

    Les infections sexuellement transmissibles (IST) dont la syphilis, les infections à gonocoque et à Chlamydia trachomatis sont en pleine recrudescence en France, surtout chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), du fait de l’évolution des comportements sexuels. Les autorités font de cette thématique un enjeu national prioritaire, dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé Sexuelle 2021-2024 (Ministère de la Santé et des Solidarités). La formation que nous proposons débutera par une mise au point sur la situation épidémiologique des IST en France, avec un focus sur le problème de l’émergence de la résistance aux antibiotiques. Sera ensuite abordée la conduite d’une consultation de santé sexuelle dans une approche positive et respectueuse de la sexualité et des relations sexuelles, exemptes de coercition, de discrimination et de violence. La formation se poursuivra par la déclinaison des différentes IST (bactériennes, virales et parasitaires) en abordant les aspects cliniques, paracliniques et thérapeutiques. Des informations quant à l’écologie microbienne de ces différentes infections seront apportées, ainsi que sur la prescription des anti-infectieux les plus adaptés (antibiotiques, antiviraux et antiparasitaires). Un chapitre sera dédié à la prise en charge syndromiques des IST. Enfin, la formation se terminera par l’exposé des moyens de prévention des IST existant actuellement, en particulier la prophylaxie pré-exposition du VIH (PrEP), le traitement post-exposition du VIH (TPE) et les vaccinations.

    Objectifs pédagogiques

    1. Connaître l’épidémiologie actuelle des IST en France, incluant les problématiques de résistance aux anti-infectieux
    2. Connaître les items incontournables de la consultation de santé sexuelle, les questions à aborder et les problèmes à identifier
    3. Connaître la présentation clinique des principales IST, les examens complémentaires à prescrire pour les diagnostiquer et leur prise en charge thérapeutique
    4. Savoir comment proposer un dépistage complet des IST chez une personne asymptomatique
    5. Connaître les différents moyens de prévention des IST bactériennes et du VIH, incluant les vaccinations
    6. Savoir proposer et prescrire la prophylaxie pré-exposition du VIH (PrEP, prescription initiale et renouvellement)
    •  

    Déroulé pédagogique

    • Epidémiologie générale des IST en France

    L’épidémiologie actuelle des principales IST (syphilis, infections à gonocoque, à Chlamydia trachomatis, Mycoplasma genitalium, VIH, herpès, infections à papillomavirus, trichomonose) sera présentée, en fonction des sous-groupes de la population, pour donner l’ampleur du problème de santé publique aujourd’hui.

    • Problème de l’émergence de la résistance aux anti-infectieux 

    Pour les pathogènes principaux responsables d’IST, les problématiques associées à la résistance aux anti-infectieux (antibiotiques principalement) seront abordées, ainsi que les potentielles conséquences sur la prise en charge.

    • La consultation de santé sexuelle, prévention combinée

    Le plan type de la consultation de santé sexuelle sera donné, expliqué, discuté. La manière d’aborder les pratiques sexuelles en consultation sera abordée, ainsi que la manière de proposer un dépistage adapté. Une ordonnance type sera commentée, incluant la prescription des vaccins et du préservatif. Les différents outils de prévention des IST dont le VIH seront listés, ainsi que la manière de les proposer aux patient(e)s. La prophylaxie pré-exposition (PrEP) et post-exposition (TPE) du VIH font partie de ces outils.

    • Les examens complémentaires dans le domaine des IST

    Les examens complémentaires à disposition dans le domaine des IST seront décrits, et il sera expliqué comment prescrire un bilan complet des IST, en particulier à une personne asymptomatique.

    Pour chaque agent infectieux seront abordés : l’épidémiologie, les situations cliniques avec photos, les complications possibles, diagnostic, examens complémentaires, traitement

    • Gonocoque
    • Chlamydia trachomatis
    • Syphilis
    • Mycoplasma genitalium

    Pour chaque agent infectieux seront abordés : l’épidémiologie, les situations cliniques avec photos, les complications possibles, diagnostic, examens complémentaires, traitement

    • Herpès génital
    • Papillomavirus
    • Molluscum contagiosum
    • Primo-Infection VIH
    • Hépatites aiguës

    Pour chaque agent infectieux seront abordés : l’épidémiologie, les situations cliniques avec photos, les complications possibles, Diagnostic, examens complémentaires, traitement

    • Trichomonas vaginalis
    • Gale
    • Morpions

    Pour chaque syndrome seront abordés : l’étiologie du syndrome, les situations cliniques avec photos, examens complémentaires avant traitement, traitement probabiliste

    • Ecoulement génital masculin/urétrite masculine
    • Leucorrhées
    • Ulcération génitale
    • Bubon
    • Gros testicule
    • Anorectite
    • Lésions génitales papuleuses
    • PrEP

    La prophylaxie pré-exposition du VIH (PreP) sera définie, présentée au regard des travaux qui ont permis de l’adopter comme l’un des outils majeurs de lutte contre le VIH actuellement. Les caractéristiques de la bithérapie ténofovir/emtricitabine (seul médicament utilisé pour la PrEP aujourd’hui en France) seront expliquées, incluant ses contre-indications et les précautions d’usage. Les indications de la PrEP, ainsi que les différents schémas à proposer, seront discutés. Il sera décrit comment prescrire la PrEP, après réalisation du bilan pré-thérapeutique, puis comment la renouveler.

    • TPE

    Le traitement post-exposition du VIH (TPE) sera défini. Ses indications seront discutées, ainsi que les traitements antirétroviraux possiblement prescrits. Le circuit de prise en charge sera également expliqué, ainsi que le suivi des patient(e)s qui reçoivent ce TPE.

    • Prévention des IST bactériennes

    Les nouvelles stratégies prophylactiques antibiotiques seront abordées.

    • Vaccination

    Les vaccinations qui entrent dans le champ de la prévention en santé sexuelle seront listées, et il sera expliqué comment les prescrire, en fonction des recommandations.

    Des notions sur les évolutions épidémiques de certaines IST récentes, émergentes ou réémergentes, seront données, pour éveiller les médecins à l’intérêt d’en dépister certaines en cas de symptômes inexpliqués en contexte d’exposition sexuelle possible. L’exemple de mpox, des shigelloses ou des dermatophyties sera donné.

    • Le chemsex

    La problématique du chemsex sera expliquée, les drogues utilisées seront décrites, avec leurs effets attendus et indésirables, ainsi que les complications du chemsex (addiction, infections notamment). Il sera expliqué comment dépister des consommations excessives, dans le but d’adresser les patient(e)s concerné(e)s dans des structures adéquates.

    • Violences

    La problématique des violences sexuelles sera abordée, dans le but de savoir les identifier pour adresser les patient(e)s concerné(e)s dans des structures adéquates.

    Modalités pratiques

    Prochaines sessions

    Vous disposez d’1 mois pour suivre votre formation à votre rythme.

    Edimark Formation est un organisme de formation agréé par l’Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (DPC) et certifié Qualiopi. Nous proposons des formations au format e-learning aux médecins généralistes exerçant en libéral ou en milieu hospitalier.

    Ce que disent vos confrères

    0  %
    nous recommandent *
    0  %
    ont fait évoluer leur pratique *
    18.1 /20
    Qualité clinique de nos formations *

    Un DPC indispensable pour tout médecin généraliste.
    Très utile, très pratique, et formidablement conté par l’auteur.

    Dr Robert TOUITOU
    Médecin Généraliste

    Très enrichissante et à portée de notre pratique quotidienne.

    Dr Christiane PIVOT
    Médecin Généraliste

    Un grand merci au DR Bellaiche pour cette formation très complète avec toujours ce mélange inimitable de partage d’expérience, d’humour et de grande rigueur scientifique que j’appréciais déjà chaque année aux journées Médecine et Enfance.

    Dr Hélène GUICHARDET
    Médecin Généraliste
    * Chiffres issus de l’enquête de satisfaction réalisée de Novembre 2022 à Décembre 2023

    Vos confrères ont également consulté

    L’endométriose touche au moins 10 % des femmes en âge de procréer, soit 1.5 à 2.5 millions de femmes.
    Elle est responsable de dysménorrhées, de dyspareunies, de douleurs pelviennes spontanées, de douleurs à la défécation ou à la miction, d’alternances diarrhée-constipation et d’infertilité.
    Malgré une médiatisation importante depuis quelques années, il existe encore une errance médicale et un retard diagnostique estimé à 7 ans en moyenne dans les pays développés, mais aussi des prises en charge non adaptées en terme de pertinence des explorations, de gestion de la douleur, ou de mise en place d’un traitement médical ou chirurgical.
    Ainsi il est nécessaire de sensibiliser, d’informer et de former les professionnels de santé impliqués dans la prise en charge de l’endométriose afin de diagnostiquer plus précocement cette maladie et de proposer un parcours de soin adapté au sein des filières de prise en charge incluant le traitement de la douleur et la prise en charge de l’infertilité. Un point particulier sera apporté à l’enseignement du polymorphisme de la maladie qui inclut une prise en charge adaptée à chaque patiente.
    Ces propositions sont en adéquation avec la stratégie nationale de lutte contre l’endométriose lancée en janvier 2022, et le futur cahier des charges relatif à la structuration d’une offre graduée de soins au sein de filières pour la prise en charge de l’endométriose.
    Ainsi le DPC devrait contribuer réduire l’errance diagnostique en proposant une prise en charge personnalisée, adaptée et équitable sur tout le territoire.

    Objectifs pédagogiques

    1. Savoir prescrire des examens diagnostics
    2. Savoir reconnaître l’endométriose chez l’adolescente
    3. Savoir prendre en charge la douleur liée à l’endométriose
    4. Savoir gérer l’infertilité des patients souffrant d’endométriose
    5. Savoir traiter médicalement l’endométriose
    6. Comprendre le traitement chirurgical de l’endométriose
    7. Savoir Prescrire l’éducation thérapeutique

    Déroulé pédagogique

    • Endométriose
    • Adenomyose
    • Stadification de l’endométriose : sup-DIE etc…
    • Endotest

    Repérage des symptômes et examens cliniques et diagnostics dans les cas cliniques ci-dessous :

    • Adolescente de 13 ans, dysménorrhées invalidantes, absentéisme scolaire
    • Adolescente de 14 ans, dysmenorrhées d’apparition secondaire Echo/IRM : utérus pseudo-unicorne avec rétention hématique
    • Adolescente de 16 ans, dysmenorrhées d’apparition secondaire Echo/IRM : hemivagin borgne
    • Adolescente de 17 ans, dysménorrhées invalidantes, règles abondantes 
    • Adolescente de 19 ans, douleurs persistantes, découverte d’un endométriome
    • Adolescente de 20 ans : ménometrorragies + dysménorrhée : adénomyose de la femme jeune
    • Dysmenorrhées avec troubles digestifs
    • Dysmenorrhées, dyspareunies
    • Dysmenorrhées et dysurie
    • Dysmenorrhées et Algies pelviennes
    • Dysménorrhées et sciatalgies
    • Dysménorrhées et scapulalgies 
    • Endométriose n’est pas synonyme d’infertilité 
    • Quand suspecter l’endométriose en cas d’infertilité
    • Quel bilan faire en cas de suspicion d’endométriose et désir de grossesse ?
    • La préservation folliculaire 
    • Endométriose et fertilité : chirurgie ou PMA ?
    • Traitement médical
    • Traitement chirurgical
    • Autres traitements
    • Education thérapeutique

    Modalités pratiques

    Prochaines sessions

    Vous disposez d’1 mois pour suivre votre formation à votre rythme.

      Edimark Formation est un organisme de formation agréé par l’Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (DPC) et certifié Qualiopi. Nous proposons des formations au format e-learning aux médecins généralistes exerçant en libéral ou en milieu hospitalier.

      Ce que disent vos confrères

      0  %
      nous recommandent *
      0  %
      ont fait évoluer leur pratique *
      18.1 /20
      Qualité clinique de nos formations *

      Un DPC indispensable pour tout médecin généraliste.
      Très utile, très pratique, et formidablement conté par l’auteur.

      Dr Robert TOUITOU
      Médecin Généraliste

      Très enrichissante et à portée de notre pratique quotidienne.

      Dr Christiane PIVOT
      Médecin Généraliste

      Un grand merci au DR Bellaiche pour cette formation très complète avec toujours ce mélange inimitable de partage d’expérience, d’humour et de grande rigueur scientifique que j’appréciais déjà chaque année aux journées Médecine et Enfance.

      Dr Hélène GUICHARDET
      Médecin Généraliste
      * Chiffres issus de l’enquête de satisfaction réalisée de Novembre 2022 à Décembre 2023

      Vos confrères ont également consulté

      La contraception est un domaine essentiel pour tout praticien en charge de la santé des femmes. La meilleure contraception, c’est « celle qui est choisie » d’où l’importance du dialogue constant entre le prescripteur et la femme (ou le couple). Mais la meilleure contraception est aussi celle dont l’efficacité est maximale tout en étant le plus possible dénuée d’effets secondaires. Sa mise en route impose, en effet, des règles strictes afin d’en optimiser la balance bénéfice-risque. La contraception idéale et parfaite pour tous(es) n’existe pas, le challenge consiste donc à trouver la contraception optimale à chaque temps de la vie reproductive. La stratégie contraceptive s’appuie donc sur de nombreux paramètres. Les premières informations fondamentales sont à recueillir lors d’un interrogatoire détaillé portant aussi bien sur le mode de vie de la femme, ses antécédents médicaux ou chirurgicaux et une grande part doit être faite à la recherche minutieuse d’antécédents familiaux. L’examen clinique, qui peut ne pas être exhaustif en particulier l’examen pelvien, apprécie d’autres éléments essentiels à la prescription. Enfin, la réalisation éventuelle d’examens complémentaires pourra, dans certains cas, compléter l’analyse au cas par cas. À l’issue de cette évaluation détaillée, le praticien peut déterminer les contraceptions envisageables chez la femme (ou le couple) et celles qui lui sont contre-indiquées. L’éventail des options devra être détaillé avec le plus de précisions possibles concernant leurs balances bénéfices / risques pour permettre un choix partagé.

      La contraception hormonale reste la plus prescrite en France en 2023, avec cependant un recul important, lié à la réticence grandissante des femmes vis-à-vis de l’utilisation d’hormones. En connaître, et savoir expliquer les effets secondaires, les risques éventuels et l’efficacité contraceptive ainsi que les bénéfices secondaires permet d’ouvrir le dialogue constructif avec les femmes.

      La contraception mécanique, dominée par les dispositifs intra-utérins au cuivre est de plus en plus plébiscitée par les femmes, y compris par les plus jeunes de par leur côté plus « naturel ». Il convient cependant là aussi d’en connaître les inconvénients et les risques afin de les prescrire à des femmes informées.

      L’utilisation du préservatif masculin reste essentielle dans la prévention des infections sexuellement transmissibles et il peut donc être associé à une autre méthode contraceptive. Utilisé comme seul moyen de contraception impose des informations précises concernant le risque d’échec. Quelle que soit la contraception choisie, la surveillance permet d’en vérifier la bonne utilisation, la tolérance, et peut être modifiée à tout moment.

      Le médecin généraliste a une place toute particulière dans le domaine de la contraception. En effet, selon les pathologies ou les médicaments utilisés par la patiente, il est un maillon fort dans la prescription, la surveillance de la contraception adaptée. Le praticien doit aussi savoir répondre à des questions pratiques du quotidien, que posent régulièrement les femmes : il peut s’agir de gérer une erreur d’utilisation de la méthode contraceptive, de l’adapter lors d’un voyage ou pour un évènement particulier nécessitant par exemple une aménorrhée.

      À travers des vidéos, des cas cliniques et des quizz, nous illustrerons diverses situations cliniques des plus simples ou plus complexes, mais aussi comment gérer les effets secondaires, les erreurs d’utilisation ou les évènements particuliers.

      Objectifs pédagogiques

      1. Connaitre les différents types de contraceptions disponibles en France en soulignant leur différence d’efficacité et la définition des LARC
      2. Connaitre les bénéfices et les risques des différents types de contraceptions
      3. Savoir mener la première consultation de contraception et en connaitre les enjeux
      4. Connaitre les facteurs de risque veineux et artériels et savoir les rechercher
      5. Savoir dépister les contre-indications de chaque type de contraception
      6. Connaitre les particularités des consultations de suivi de la contraception choisie et savoir modifier la contraception en gérant les relais
      7. Connaitre les modalités de la contraception d’urgence et savoir la prescrire
      8. Connaitre la gestion des interactions médicamenteuses pour la contraception hormonale et la contraception d’urgence
      9. Savoir gérer la contraception des femmes à risque vasculaire
      10. Savoir gérer la contraception des femmes à risque carcinologique
      11. Savoir gérer la contraception des autres situations cliniques particulières (mineures, post-partum, post-IVG…)
      12. Savoir proposer et gérer les contraceptions définitives féminines et masculines
      13.  

      Déroulé pédagogique

      Les différents chapitres seront illustrés soit par des tableaux récapitulatifs soit, lorsque le chapitre s’y prête, par des cas cliniques. Les éléments suivants seront détaillés dans la plupart des chapitres.

      1. Connaitre les différents types de contraceptions disponibles
      2. Connaitre l’efficacité des différents types de contraceptions
      3. Que rechercher à l’interrogatoire ?
      4. Que rechercher à l’examen clinique ?
      5. Faut-il prescrire des examens complémentaires ?
      6. Le choix contraceptif partagé
      7. Rappel des signes évocateurs d’effets secondaires ?
      8. Rédiger et expliquer l’ordonnance
      9. Prévoir un suivi adapté
      • Contraceptions hormonales

      Quels sont les différents types de contraceptions hormonales ?

      Quels sont les différents types d’estrogènes contenus dans les contraceptions estroprogestatives ?

      Quels sont les différents types de progestatifs contenus dans les contraceptions estroprogestatives ?

      Pourquoi différents dosages des hormones sont utilisés dans les contraceptions estroprogestatives ? et comment nomme-t-on ces différentes contraceptions ?

      Que signifie le terme génération de pilules ?

      Existe-t-il différentes voies d’administration de la contraception estroprogestative ?

      Existe-t-il différentes voies d’administration de la contraception progestative seule ?

      Qu’appelle-t-on contraception microprogestative ?

      Que signifie le terme LARC ?

      Connaitre les différences d’efficacité de toutes les contraceptions hormonales

      • Contraceptions mécaniques

      Savoir distinguer les différentes contraceptions mécaniques  

      Connaitre les différences d’efficacité de toutes les contraceptions mécaniques

      Connaitre les contre-indications des DIU au cuivre ?

      Quand proposer un DIU au cuivre ?

      Connaitre la possibilité de prescription des préservatifs remboursés

      Quand proposer une contraception par diaphragme ou cape cervicale ?

       

      • Contraception d’urgence

      Quels sont les différents types de contraception d’urgence ?

      Connaitre leur efficacité respective

      Quelles questions poser avant toute prescription de contraception d’urgence?

      Savoir prescrire une contraception d’urgence

      Savoir programmer le suivi de l’efficacité d’une contraception d’urgence

       

      • Contraceptions définitives

      Connaitre les différentes contraceptions définitives disponibles en France

      A qui proposer une contraception définitive ?

      Quelles sont les modalités de la contraception définitive féminine ?

      Quelles sont les modalités de la contraception définitive masculine ?

      Connaitre les aspects juridiques de la contraception définitive

      Connaitre les dispositions juridiques de la contraception définitive dans le contexte des adultes sous tutelle ou curatelle

        • La première consultation

        Que rechercher à l’interrogatoire ?

        Quels antécédents familiaux indispensables à rechercher ?

        Que rechercher à l’examen clinique ?

        Savoir recueillir les informations sur la vie familiale, scolaire et affective

        Les mots à dire…et à éviter

        Connaitre les traitements à rechercher pouvant diminuer l’efficacité des contraceptions hormonales 

        Quel examen complémentaire à prescrire (ou pas) ?

         

        • Les relais

        Interrogatoire type pour effectuer un relais contraceptif

        Que rechercher à l’examen clinique ?

        Comment effectuer un relais contraceptif d’une contraception estroprogestative vers une contraception progestative ? et inversement ? en fonction de la voie d’administration ?

        Comment effectuer un relais contraceptif d’une contraception par DIU au cuivre vers une contraception estroprogestative ? et inversement ? en fonction de la voie d’administration ?

        Comment effectuer un relais contraceptif d’une contraception par DIU vers une contraception progestative ? et inversement ? en fonction de la voie d’administration ?

        Comment effectuer un relais contraceptif d’une contraception par DIU hormonal vers une contraception estroprogestative ? et inversement ? en fonction de la voie d’administration ?

        Comment effectuer un relais contraceptif d’une contraception par DIU hormonal vers une contraception progestative ? et inversement ? en fonction de la voie d’administration ?

         

        • Les voyages

        Vers quels pays ?

        Et avec quels types de contraceptions ? hormonales ? mécaniques ?

        Savoir gérer les décalages horaires ?

        Les petits « trucs » indispensables en voyage

         

        • Les oublis

        Savoir informer de la conduite à tenir en cas d’oubli lors de la prescription et du renouvellement d’une contraception ?

        Savoir gérer les oublis en fonction des voies d’administrations des contraceptions estroprogestatives

        Savoir gérer les oublis d’une contraception progestative seule par voie orale

        Connaitre les différents délais d’oublis et leur conséquence

      • Pharmacocinétique

      Que signifie le terme pharmacocinétique en contraception ? et ses conséquences ?

      Quelles sont les situations cliniques potentiellement impliquées dans ce phénomène ?

      Connaitre les principales thérapeutiques susceptibles d’induire des phénomènes d’induction enzymatique

      Où rechercher l’information ?

      • Pharmacodynamie

      Que signifie le terme pharmacodynamie en contraception ? et ses conséquences ?

      Quelles sont les situations cliniques potentiellement impliquées dans ce phénomène ?

      Connaitre les principales thérapeutiques susceptibles d’induire des phénomènes de pharmacodynamie

      • Saignement et Contraception estroprogestative

      Comment évaluer au mieux un saignement gynécologique ?

      Faut-il prescrire des examens complémentaires ?

      Quand hospitaliser ?

      Quelle est la place des thérapeutiques non hormonales ?

      Quelle est la place des thérapeutiques hormonales ?

      Quels conseils pour le suivi ?

       

      • Saignement et Contraception progestative

      Comment évaluer au mieux un saignement gynécologique ?

      Faut-il prescrire des examens complémentaires ?

      Quand hospitaliser ?

      Quelle est la place des thérapeutiques non hormonales ?

      Quelle est la place des thérapeutiques hormonales ?

      Quels conseils pour le suivi ?

       

      • Saignement et Contraception mécanique

      Comment évaluer au mieux un saignement gynécologique ?

      Faut-il prescrire des examens complémentaires ?

      Quelles particularités pour les types de DIU ?

      Quand hospitaliser ?

      Quelle est la place des thérapeutiques non hormonales ?

      Quelle est la place des thérapeutiques hormonales ?

      Quels conseils pour le suivi ?

      • Syndrome prémenstruel

      Quelles questions poser et que rechercher à l’examen clinique ?

      Faire un bilan systématique ?

      Quand doit-on s’inquiéter ?

      Quelles hypothèses diagnostiques formulées ?

      Traitement symptomatique efficace ?

       

      • Dysménorrhée

      Quelles questions poser et que rechercher à l’examen clinique ?

      Faire un bilan systématique ?

      Quand doit-on s’inquiéter ?

      Quelles hypothèses diagnostiques formulées ?

      Traitement symptomatique efficace ?

       

      • Autres douleurs pelviennes

      Quelles questions poser et que rechercher à l’examen clinique ?

      Faire un bilan systématique ?

      Quand doit-on s’inquiéter ?

      Quelles hypothèses diagnostiques formulées ?

      Traitement symptomatique efficace ?

      Quels diagnostics à ne pas oublier ? (GEU, infection, rupture-torsion kyste ovarien)

       

      • Douleur mammaire

      Quelles questions poser et que rechercher à l’examen clinique ?

      Faire un bilan systématique ?

      Quand doit-on s’inquiéter ?

      Quelles hypothèses diagnostiques formulées ?

      Traitement symptomatique efficace ?

      • Contraception et risque veineux

      Quelles questions poser et que rechercher à l’examen clinique ?

      Faire un bilan d’hémostase systématique ?

      Savoir évaluer les différents niveaux de risque veineux des contraceptions hormonales (estroprogestatives (en fonction des générations ?) et progestatives)

      Quels signes cliniques recherchés en cas de suspicion ? 

       

      • Contraception après évènement thrombo-embolique veineux

      Savoir prescrire le type de contraception autorisée

      Quel délai après l’évènement vasculaire ?

       

      • Contraception et facteurs de risque veineux

      Savoir rechercher les facteurs de risque veineux

      Quel bilan biologique ?

      Quelles autres situations cliniques à risque d’évènement thromboembolique veineux ?

      • Contraception et risque artériel

      Quelles questions poser et que rechercher à l’examen clinique ?

      Faire un bilan biologique systématique ? avant prescription ? après dans quel délai ?

      Savoir évaluer les différents niveaux de risque artériel des contraceptions hormonales (estroprogestatives (en fonction des générations ?) et progestatives)

      Quels signes cliniques recherchés en cas de suspicion ? 

       

      • Contraception après accident vasculaire artériel

      Savoir prescrire le type de contraception autorisée

      Quel délai après l’évènement vasculaire ?

       

      • Contraception et facteurs de risque artériel

      Savoir rechercher les facteurs de risque artériel

      Quel bilan biologique ?

      Quelles autres situations cliniques à risque d’évènement artériel ?

      Quelles situations cliniques particulières ? (Tabac, Obésité, Diabète, Dyslipidémie, Hypertension artérielle)

      Savoir distinguer les différents types de migraine à risque vasculaire

      • Augmentation du risque carcinologique

      Quels types de cancers ?

      Quelles questions poser et que rechercher à l’examen clinique ?

      Faire un bilan systématique ?

      Savoir évaluer les différents niveaux de risque carcinologiques des contraceptions hormonales (estroprogestatives  et progestatives)

      Quels signes cliniques recherchés en cas de suspicion carcinologique (sein, col)

       

      • Diminution du risque carcinologique

      Quels types de cancers ?

      Savoir évaluer la balance bénéfice risque

      • Risque d’acné

      Quelles questions poser et que rechercher à l’examen clinique ?

      Faire un bilan hormonal systématique ? avant prescription ?

      Savoir expliquer les impacts des différentes contraceptions hormonales (estroprogestatives (en fonction des générations ?) et progestatives)

      Quel suivi après prescription ?

       

      • Acné et choix contraceptif

      Quels choix contraceptifs en cas d’acné pré-existante ?

      Quels choix contraceptifs en cas d’acné survenant avec une contraception hormonale ? (estroprogestative, progestative ?)

      • Contraception et méningiome

      Contraception et risque de méningiome ?

      Quelles contraceptions en cas de méningiome ?

      • Contraception et adénofibrome mammaire

      Contraception et risque d’adénofibrome?

      Quelles contraceptions en cas d’adénofibrome ?

      • MICI

      Contraception et risque de MICI?

      Quelles contraceptions en cas de MICI ?

      Modalités pratiques

      Prochaines sessions

      Vous disposez d’1 mois pour suivre votre formation à votre rythme.

        Edimark Formation est un organisme de formation agréé par l’Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (DPC) et certifié Qualiopi. Nous proposons des formations au format e-learning aux médecins généralistes exerçant en libéral ou en milieu hospitalier.

        Ce que disent vos confrères

        0  %
        nous recommandent *
        0  %
        ont fait évoluer leur pratique *
        18.1 /20
        Qualité clinique de nos formations *

        Un DPC indispensable pour tout médecin généraliste.
        Très utile, très pratique, et formidablement conté par l’auteur.

        Dr Robert TOUITOU
        Médecin Généraliste

        Très enrichissante et à portée de notre pratique quotidienne.

        Dr Christiane PIVOT
        Médecin Généraliste

        Un grand merci au DR Bellaiche pour cette formation très complète avec toujours ce mélange inimitable de partage d’expérience, d’humour et de grande rigueur scientifique que j’appréciais déjà chaque année aux journées Médecine et Enfance.

        Dr Hélène GUICHARDET
        Médecin Généraliste
        * Chiffres issus de l’enquête de satisfaction réalisée de Novembre 2022 à Décembre 2023

        Vos confrères ont également consulté

        La grossesse, si elle n’est pas une maladie, reste néanmoins une période particulière dans la vie d’une femme : elle peut être l’occasion de décompensation de pathologies préexistantes, de survenue de complications, d’émergence d’une vulnérabilité sociale ou psychologique. Elle est aussi l’occasion de dispenser des messages de prévention et pour certaines femmes un contact médical qu’elles n’ont pas de façon régulière.

        En France, de nombreux professionnels de santé sont impliqués dans la prise en charge des femmes enceintes : sages-femmes, médecins généralistes, gynécologues-obstétriciens, gynécologues médicaux. Notre système de soins s’appuie sur un réseau de professionnels qui travaillent en étroite collaboration et articulent leur prise en charge en fonction du niveau de risque des femmes et des éventuelles complications qui peuvent survenir.

        Les données de l’enquête nationale périnatale de 2021 indiquent que 4.3% des femmes ont été principalement suivies par un médecin généraliste, mais un nombre bien plus important de femme consulte au moins une fois son médecin généraliste pour évoquer un projet de grossesse ou durant sa grossesse.

        Comment accompagner le projet de grossesse ? Quelles sont les situations à risque élevé qui doivent faire orienter la femme vers un gynécologue-obstétricien ? Quels sont les messages de prévention à délivrer pendant la grossesse, comment adapter le travail, l’alimentation et de façon plus générale l’hygiène de vie ?  Comment prendre en charge les principales complications de la grossesse ?

        Au travers de courtes situations cliniques vécues en médecine générale, à chaque étape du suivi de grossesse, nous illustrerons les questions qui se posent en pratique avec des réponses basées sur « l’evidence based medicine » et les dernières recommandations internationales et de la HAS.

        Devant certaines complications qui constituent des motifs fréquents de consultation en cours de grossesse, nous appliquerons un raisonnement clinique permettant d’éliminer et de poser des hypothèses diagnostiques conduisant à une prise en charge adaptée.

        Le médecin généraliste jour un rôle central dans le suivi obstétrical, fréquemment premier interlocuteur mais aussi parfois en charge du suivi de toute la grossesse jusqu’à l’accouchement. Cette formation lui permettra d’avoir toutes les connaissances nécessaires à la mise en place de ce suivi.

        Objectifs pédagogiques

        1. Savoir évaluer le niveau de risque d’une grossesse et orienter la femme enceinte pour un suivi adapté
        2. Connaître les informations à délivrer en pré-conceptionnel, le bilan nécessaire et les prescriptions recommandées
        3. Savoir prescrire et interpréter les résultats des examens de dépistage de la trisomie 21
        4. Savoir informer une femme enceinte des différentes mesures de prévention au cours d’une grossesse : travail, mode de vie, alimentation, hygiène, vaccinations
        5. Savoir diagnostiquer et prendre en charge les infections en cours de grossesse (infections urinaires, grippe, COVID…)
        6. Savoir diagnostiquer et orienter les femmes enceintes devant principales complications obstétricales : menace d’accouchement prématuré, métrorragies, pré-éclampsie, cholestase gravidique, diabète gestationnel.
        •  

        Déroulé pédagogique

        • Evaluation du niveau de risque de la grossesse

        Quand et pourquoi évaluer le niveau de risque d’une grossesse ?

        Quels sont les antécédents médicaux, chirurgicaux, obstétricaux à recueillir ?

        Quelles questions poser pour évaluer l’environnement de la femme et identifier des facteurs de vulnérabilité ?

        Quels sont les facteurs liés à la grossesse qui en font une grossesse à risque élevé ?

         

        • Les différents types de suivi 

        Connaître la classification de la HAS des différents types de suivis.

        A quoi correspondent les différents types de maternité et comment orienter la femme vers le lieu de naissance le plus adapté ?

        Dans quels cas le suivi peut-il être assuré par le médecin généraliste ?

        Jusqu’à quel âge gestationnel ?

        Quand le médecin généraliste doit-il référer au gynécologue-obstétricien ?

        • Interrogatoire et examen clinique en pré-conceptionnel

        Quels sont les éléments indispensables à recueillir lors de l’interrogatoire ?

        Que doit comporter l’examen clinique en pré-conceptionnel ?

        Quand faut-il faire un dépistage du cancer du col utérin ?

         

        • Informations de prévention à délivrer et prescriptions

        Prévention des risques infectieux : vaccinations et mesures barrière.

        Mesure d’hygiène et alimentation, mode de vie (expositions, addictions…).

        Prises médicamenteuses.

        Un bilan biologique est-il nécessaire ?

        La prescription d’acide folique : quelle posologie, quelle durée ?

        D’autres prescriptions sont-elles nécessaires ?

        • Modalités du dépistage

        Quelles femmes peuvent bénéficier d’un dépistage de la trisomie 21 ?

        Quels sont les modalités de ce dépistage ?

        Quand réaliser un dépistage du 2ème trimestre ?

        Quels sont les éléments qui entre en compte dans le calcul de risque de trisomie 21 ?

        Comment prescrire le dépistage et recueillir le consentement ?

        Quel est le délai de rendu du résultat ?

         

        • Conduite à tenir selon le résultat du dépistage de la trisomie 21 et situations particulières 

        Quelle est la conduite à tenir selon le niveau de risque ?

        Quels sont les risques des examens diagnostiques (biopsie de trophoblaste et amniocentèse ?

        Quelles sont les modalités du dépistage par DPNI ?

        Qu’est-ce qu’un DPNI élargi ?

        Quel dépistage proposer en cas de grossesse multiple ?

        Quel dépistage proposer en cas d’antécédent de grossesse avec anomalie chromosomique ?

        • Alimentation et hygiène

        Besoins nutritionnels de la femme enceinte.

        Quelle est la prise de poids recommandée en cours de grossesse ?

        Faut-il manger plus ou différemment ?

        Quelles supplémentations recommander ?

        Y a-t-il des aliments à risque ?

        Quelles mesures d’hygiène appliquer ?

         

        • Mode de vie et travail

        Faut-il encourager la pratique d’une activité physique pendant la grossesse ?

        Quelle activité physique privilégier ?

        Quels sont les risques professionnels à identifier ?

        Quels sont les avantages sociaux durant la grossesse ?

         

        • Addictions et conduites à risque

        Quelles addictions faut-il identifier pendant la grossesse ?

        Quel est l’impact du tabagisme en cours de grossesse ?

        Quels sont les risques associés à une consommation d’alcool en cours de grossesse ?

         

        • Vaccins et médicaments

        Quels sont les vaccins recommandés durant la grossesse ?

        Modalités des vaccinations grippe, coqueluche et COVID.

        Quels sont les vaccins possibles en cours de grossesse ?

        Quels sont les vaccins contre-indiqués en cours de grossesse ?

        Quels sont les vaccins et conseils préconisés en cas de voyage ?

        Quels traitements doivent être évités pendant la grossesse ?

        • Infections urinaires

        Définitions et diagnostic.

        Traitement et suivi.

         

        • Grippe et COVID

        Prévention

        Diagnostic

        Prise en charge

         

        • Menace d’accouchement prématuré

        Dépistage

        Diagnostic

        Prise en charge

         

        • Métrorragies du 2ème et 3ème trimestre de grossesse

        Les différents diagnostics (hématome rétro-placentaire, placenta prævia..)

        Prise en charge

         

        • HTA et pré-éclampsie

        Dépistage et diagnostic

        Prise en charge

         

        • Cholestase gravidique

        Diagnostic

        Prise en charge

         

        • Diabète gestationnel

        Quand dépister un diabète gestationnel ?

        Quelles sont les modalités du dépistage ?

        Quelle est la conduite à tenir en fonction des résultats du dépistage ?

         

        • Prévention de l’allo-immunisation rhésus  

        Quelle est la physiopathologie de l’allo-immunisation rhésus ?

        Quels sont les risques fœtaux et maternels ?

        Comment doit être fait le dépistage chez les femmes de rhésus négatif ?

        Quelle est la conduite à tenir en cas de RAI positive en cours de grossesse ?

        Modalités pratiques

        Prochaines sessions

        Vous disposez d’1 mois pour suivre votre formation à votre rythme.

        Edimark Formation est un organisme de formation agréé par l’Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (DPC) et certifié Qualiopi. Nous proposons des formations au format e-learning aux médecins généralistes exerçant en libéral ou en milieu hospitalier.

        Ce que disent vos confrères

        0  %
        nous recommandent *
        0  %
        ont fait évoluer leur pratique *
        18.1 /20
        Qualité clinique de nos formations *

        Un DPC indispensable pour tout médecin généraliste.
        Très utile, très pratique, et formidablement conté par l’auteur.

        Dr Robert TOUITOU
        Médecin Généraliste

        Très enrichissante et à portée de notre pratique quotidienne.

        Dr Christiane PIVOT
        Médecin Généraliste

        Un grand merci au DR Bellaiche pour cette formation très complète avec toujours ce mélange inimitable de partage d’expérience, d’humour et de grande rigueur scientifique que j’appréciais déjà chaque année aux journées Médecine et Enfance.

        Dr Hélène GUICHARDET
        Médecin Généraliste
        * Chiffres issus de l’enquête de satisfaction réalisée de Novembre 2022 à Décembre 2023

        Vos confrères ont également consulté

        La découverte des antibiotiques dans la première partie du 20ème siècle, a été l’un des facteurs qui a le plus contribué à l’amélioration de la santé de l’espèce humaine. Avec l’amélioration de l’hygiène et la vaccination, les antibiotiques ont réduit le poids des maladies infectieuses qui étaient la première cause de mortalité et de morbidité dans le monde. L’usage trop souvent excessif, irrationnel et inadapté des antibiotiques a favorisé l’émergence des résistances, et progressivement « la drogue miracle a tué le miracle ». La résistance aux antibiotiques est reconnue comme l’un des défis majeurs pour l’humanité d’autant plus que peu de nouvelles molécules ont été mises sur le marché ces dernières d’années. Celles-ci sont réservées à des infections graves dues à des bactéries résistantes aux autres antibiotiques et ne devraient pouvoir être prescrites que par des infectiologues formés à leur utilisation. La rationalisation de l’antibiothérapie est donc un des éléments-clés pour réduire la résistance aux antibiotiques et la dissémination des bactéries résistantes. Un parallèle peut être établi entre le réchauffement climatique et l’antibiorésistance. En effet, dans les deux cas, les phénomènes s’aggravent de façon rapide et les mesures connues qui permettraient de les contrôler ne sont pas prises ou ne sont pas appliquées de façon suffisamment rigoureuse alors que ces deux situations s’avèrent dangereuses pour l’humanité dans les prochaines années. L’antibiorésistance est d’ores et déjà devenue une des principales causes de mortalité dans le monde et l’un des défis majeurs pour l’humanité. Si l’apparition de souches résistantes aux antibiotiques est un phénomène inéluctable et donc attendu dans le monde bactérien, l’accroissement de leur nombre et leur diffusion avec leurs conséquences cliniques sont directement liés au mésusage de ces molécules. La rationalisation de l’antibiothérapie est donc un des éléments essentiels pour réduire la résistance aux antibiotiques.

         

        Cette formation s’appuiera sur les dernières recommandations des agences officielles : Haute Autorité de Santé (HAS), Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSM) et à défaut sur les avis des sociétés savantes : Groupe de Pathologie Infectieuse Pédiatrique (GPIP) de la Société Française de Pédiatrie, Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF). Elle abordera une à une les 9 premières causes de prescriptions d’antibiotiques en précisant pour chacune, les points suivants :

        • Savoir reconnaitre les situations dans lesquelles les antibiotiques sont inutiles, utiles ou indispensables.

        • Réduire l’incertitude diagnostique par l’analyse clinique et l’utilisation des tests de diagnostic rapide lorsqu’ils peuvent être utiles.

        Objectifs pédagogiques

        1. Améliorer le diagnostic des infections pédiatriques.

        2. Savoir utiliser les différents tests de diagnostic rapide disponibles pour les différentes pathologies, dans le respect des recommandations de l’HAS et des sociétés savantes.

        3. Reconnaître les situations cliniques pour lesquelles les antibiotiques sont inutiles et pourtant souvent prescrits.

        4. Connaître les principales bactéries impliquées dans les infections communautaires de l’enfant ainsi que leur profil de résistance.

        5. Savoir différencier les antibiotiques dits « critiques » (susceptibles d’induire des résistances préoccupantes) des antibiotiques de première ligne.

        6. Connaître les antibiotiques à prescrire dans les infections pédiatriques communautaires

        7. Prescrire les bonnes durées de traitement.

        8. Savoir traiter les patients suspects d’allergie aux pénicillines.

        9. Connaître les stratégies en cas d’échec thérapeutique

        Déroulé pédagogique

        • La résistance aux antibiotiques
        • Les conséquences délétères des prescriptions inappropriées d’antibiotiques
        • Notion « d’antibiotiques critiques »
        • Demande et interprétation des examens microbiologiques (lorsqu’ils sont utiles) et notamment les nouvelles définitions des résultats microbiologiques (S/I/R) et leurs impacts sur l’interprétation de l’antibiogramme.
        • Rhinopharyngite
        • Bronchite, trachéobronchite aiguë
        • Laryngite
        • Bronchiolites
        • Otite congestive, séreuse ou après 2 ans
        • Angine non streptococcique
        • Grippe

        Les motifs les plus fréquents de prescription d’antibiotiques :

        • Otites moyennes aiguës
        • Angines
        • Sinusites
        • Infections respiratoires basses (Pneumonies, Pneumopathies atypiques, bronchites trainantes)
        • Infections urinaires
        • Infections cutanées
        • Infections digestives

        Chacun de ces chapitres sera illustré par des cas cliniques imagés, selon le même déroulé :

        • Comment améliorer le diagnostic clinique.
        • Repérer, même dans ces situations, les patients pour lesquels les antibiotiques sont inutiles.
        • Connaître dans chaque situation où les antibiotiques sont utiles, les bactéries cibles et leur niveau de résistance.
        • Reconnaitre les signes de gravité éventuels.
        • Savoir interpréter les résultats des examens complémentaires demandés.
        • Prescrire les antibiotiques de première ligne en suivant les recommandations officielles (HAS).
        • Connaître les alternatives en cas d’allergie aux antibiotiques préconisés.
        • Prévoir un suivi adapté et connaître les stratégies en cas d’échec du traitement recommandé.
        • Appliquer et promouvoir les mesures de prévention des infections et de la transmission des agents infectieux

        Modalités pratiques

        Prochaines sessions

        Vous disposez d’1 mois pour suivre votre formation à votre rythme.

        Edimark Formation est un organisme de formation agréé par l’Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (DPC) et certifié Qualiopi. Nous proposons des formations au format e-learning aux médecins généralistes exerçant en libéral ou en milieu hospitalier.

        Ce que disent vos confrères

        0  %
        nous recommandent *
        0  %
        ont fait évoluer leur pratique *
        18.1 /20
        Qualité clinique de nos formations *

        Un DPC indispensable pour tout médecin généraliste.
        Très utile, très pratique, et formidablement conté par l’auteur.

        Dr Robert TOUITOU
        Médecin Généraliste

        Très enrichissante et à portée de notre pratique quotidienne.

        Dr Christiane PIVOT
        Médecin Généraliste

        Un grand merci au DR Bellaiche pour cette formation très complète avec toujours ce mélange inimitable de partage d’expérience, d’humour et de grande rigueur scientifique que j’appréciais déjà chaque année aux journées Médecine et Enfance.

        Dr Hélène GUICHARDET
        Médecin Généraliste
        * Chiffres issus de l’enquête de satisfaction réalisée de Novembre 2022 à Décembre 2023

        Vos confrères ont également consulté

        • Contraception

          De la théorie à la pratique clinique
          • Programme intégré
          • Action DPC 99TW2325013
          • 14 heures 100% en e-learning
          • 100% pris en charge DPC (1121 €)
          • 630 € d'indemnisation DPC
        • Grossesse

          Identifications des situations à risques et prise en charge des complications
          • Programme intégré
          • Action DPC 99TW2325016
          • 12 heures 100% en e-learning
          • 100% pris en charge DPC (1026 €)
          • 540 € d'indemnisation DPC
        • La gastro-pédiatrie au quotidien

          Des recommandations… à la juste prescription
          • Programme intégré
          • Action DPC 99TW2325002
          • 16 heures 100% en e-learning
          • 100% pris en charge DPC (1216 €)
          • 720 € d'indemnisation DPC

        Les pathologies digestives de l’enfant sont des fréquents motifs de consultation en médecine ambulatoire. Il est parfois difficile d’avoir une démarche clinique rectiligne en suivant les recommandations tant les plaintes des nourrissons et des enfants sont difficiles à décrypter…D’autant plus que l’inquiétude (légitime) des parents rend parfois la situation encore plus difficile à prendre en charge.

        A chaque étage du tube digestif, correspond une symptomatologie à la fois spécifique et polymorphe. En effet, des rejets peuvent être d’origine buccale, œsophagienne, gastrique…voire coliques !

        Il est capital, après un examen clinique soigneux, d’éviter des explorations complémentaires (parfois inutiles), au profit d’une prise en charge étiologique. Toutefois, le plus souvent, la symptomatologie en gastro entérologie pédiatrique n’entre pas dans le cadre de maladies organiques bien définies. La cause est le plus souvent fonctionnelle.

        Dans une société actuelle normative, où tous les parents exigent une réponse rapide à toute plainte, si possible médicamenteuse, quelle doit être notre attitude ?

        Comment, en pratique, rassurer et réassurer des parents inquiets, sans user (voire abuser) d’examens complémentaires ? Comment accompagner la prescription de règles hygiéno-diététiques ?

        Quand et comment prescrire le « bon » médicament chez le nourrisson et l’enfant à la bonne posologie et pendant la bonne durée, en fonction de l’âge, du poids, de l’indication…et de l’AMM ?

        Au travers de courtes histoires cliniques vécues, à chaque étage du tube digestif (de la bouche à l’anus !), nous illustrerons les questions qui se posent en pratique avec des réponses basées sur « l’evidence based medicine » et les nouvelles recommandations internationales et de l’HAS. Nous proposerons d’établir un raisonnement clinique permettant d’écarter et de poser une hypothèse diagnostique (du symptôme à l’ordonnance) dans toutes les situations ambulatoires de gastro entérologie pédiatrique.

        Objectifs pédagogiques

        1. Adopter une démarche diagnostique adaptée pour reconnaitre des éléments sémiologiques et des symptômes en gastro entérologie spécifiques aux différents âges pédiatriques

        2. Prendre en compte le risque d’une évolution grave et reconnaitre devant quels types de symptômes baptisés « drapeaux rouges », il faut s’inquiéter et demander un avis gastro pédiatrique

        3. Savoir évoquer les principales hypothèses diagnostiques à la suite de l’examen clinique à l’aide notamment du Dictionnaire des résultats de consultation

        4. La prescription d’examens complémentaires est une prescription. Il est donc indispensable d’optimiser et de justifier, dans le respect des recommandations internationales et de l’HAS, chacun d’entre eux afin de retrouver une cohérence dans ces examens qui ne sont que « complémentaires », parfois indispensable, parfois inutiles

        5. Comment rassurer des parents anxieux d’une pathologie fonctionnelle ?

        6. Savoir prescrire des règles hygiéno-diététiques en fonction de l’âge et de la pathologie

        7. Rationnaliser la prescription médicamenteuse : « ni trop, ni trop peu »

        8. Prescriptions pratiques : indiquer la galénique adaptée à l’âge, le nom du générique, la durée, la posologie

        9. Savoir prévoir un plan de soin avec anticipation du prochain rendez-vous afin de parfaire la prise en charge

        Déroulé pédagogique

        Chaque chapitre sera illustré par des cas cliniques imagés selon le même déroulé, aux différents âges pédiatriques :

        1. Symptômes allégués par les parents ou l’enfant

        2. Quelles questions poser ?

        3. Que rechercher à l’examen clinique ?

        4. Doit-on s’inquiéter ?

        5. Quelles hypothèses diagnostiques formulées ?

        6. Comparer ses hypothèses avec le dictionnaire des résultats de consultation

        7. Faut-il prescrire des examens complémentaires ?

        8. Rédiger l’ordonnance

        9. Prévoir un suivi adapté

        • Freins de langue

        • Aphtes et aphtose 

        • Stomatite et chéilite

        • Vomissements ou reflux ?

        • Régurgitations ou Reflux gastro œsophagien pathologique ?

        • Dysphagie : savoir prendre en charge une œsophagite à éosinophile en pédiatrie

        • Ingestion de corps étranger ou produits caustiques

        • Gastrites virales

        • Dyspepsie : ulcéreuse ou fonctionnelle ?

        • Gastrite à Hélicobacter Pylori

        • Gastro entérite

        • Syndrome dysentérique

        • Diarrhée chronique fonctionnelle ou organique ?

        • Formes non IgE médiée de l’allergie aux protéines de lait de vache

        • Maladie cœliaque

        • Intolérance au lactose

        • Et si c’était le pancréas ?

        • Douleurs abdominales fonctionnelle ou organique ?

        • Syndrome de l’intestin irritable

        • Migraine abdominale

        • Syndrome des avaleurs d’air

        • Dénutrition ?

        • Insuffisance d’apports ou besoins augmentés ?

        Contenu d’accordéon
        • Constipation sévère ou syndrome occlusif ?

        • Constipation avec encoprésie

        • Régime riche en fibre : nécessaire, indispensable…ou pas ? (obj 7)

        • Dépendance au macrogol ?

        Modalités pratiques

        Prochaines sessions

        Vous disposez d’1 mois pour suivre votre formation à votre rythme.

          Edimark Formation est un organisme de formation agréé par l’Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (DPC) et certifié Qualiopi. Nous proposons des formations au format e-learning aux médecins généralistes exerçant en libéral ou en milieu hospitalier.

          Ce que disent vos confrères

          0  %
          nous recommandent *
          0  %
          ont fait évoluer leur pratique *
          18.1 /20
          Qualité clinique de nos formations *

          Un DPC indispensable pour tout médecin généraliste.
          Très utile, très pratique, et formidablement conté par l’auteur.

          Dr Robert TOUITOU
          Médecin Généraliste

          Très enrichissante et à portée de notre pratique quotidienne.

          Dr Christiane PIVOT
          Médecin Généraliste

          Un grand merci au DR Bellaiche pour cette formation très complète avec toujours ce mélange inimitable de partage d’expérience, d’humour et de grande rigueur scientifique que j’appréciais déjà chaque année aux journées Médecine et Enfance.

          Dr Hélène GUICHARDET
          Médecin Généraliste
          * Chiffres issus de l’enquête de satisfaction réalisée de Novembre 2022 à Décembre 2023

          Vos confrères ont également consulté

          • Grossesse

            Identifications des situations à risques et prise en charge des complications
            • Programme intégré
            • Action DPC 99TW2325016
            • 12 heures 100% en e-learning
            • 100% pris en charge DPC (1026 €)
            • 540 € d'indemnisation DPC
          • Anomalie du cycle menstruel

            Quelle prise en charge quand cela ne va pas ?
            • Programme intégré
            • Action DPC 99TW2325014
            • 13 heures 100% en e-learning
            • 100% pris en charge DPC (1073,50€)
            • 585 € d'indemnisation DPC
          • Contraception

            De la théorie à la pratique clinique
            • Programme intégré
            • Action DPC 99TW2325013
            • 14 heures 100% en e-learning
            • 100% pris en charge DPC (1121 €)
            • 630 € d'indemnisation DPC

          Convention de formation sur demande (contact@edimarkformation.fr)

          La maladie cardiovasculaire représente un enjeu national de santé publique. Les IPA peuvent jouer un rôle majeur dans la prévention de cette pathologie, notamment ceux de la mention polypathologies chroniques. Grâce aux compétences cliniques acquises, ils peuvent à la fois évaluer le risque de faire un événement cardiovasculaire, dépister une atteinte athéromateuse et entreprendre des actions de prévention aussi bien en prévention primaire qu’en prévention secondaire.

          Cependant, la prévention cardiovasculaire n’est pas réservée aux seuls IPA mention PCS. Il nous parait primordial de rappeler que les facteurs de risque cardiovasculaire peuvent être présents chez tout à chacun et qu’il est du rôle des IPA de les identifier, d’agir en proposant des actions de prévention, de dépistage et, lorsque la situation l’exige, d’orienter les patient.e.s vers les professionnels de médecine cardiovasculaire.

          La prévention cardiovasculaire a fait l’objet de nouvelles recommandations en 2021, l’European Society of Cardiology propose une approche par étape, adaptée et personnalisée à chaque patient.

          Cette formation a pour objectif de proposer aux IPA, toutes mentions confondues, les outils permettant de jouer leur rôle de prévention en appliquant le principe de « la juste prescription » aussi bien des examens complémentaires que des thérapeutiques non médicamenteuses et médicamenteuses en d’autres termes, en respectant le principe de la pertinence des soins.

          1. Comprendre le principe et les enjeux de santé publique de pertinence des soins
          2. Connaitre le mécanisme physiopathologique de l’athérosclérose, de l’athérothrombose et le lien avec les facteurs de risque cardiovasculaire
          3. Réaliser une évaluation du risque cardiovasculaire adaptée à la population et aux habitudes de vie
          4. Connaitre les différents examens indispensables à l’évaluation du risque cardiovasculaire en appliquant le principe de « la juste prescription »
          5. Identifier les patients à haut et très haut risque cardiovasculaire
          6. Choisir les objectifs à atteindre adaptés au niveau de risque, au choix du patient et au type de patient
          7. Choisir les actions de prévention adaptées aux objectifs à atteindre, au choix du patient et au type de patient
          8. Identifier les résultats de la prévention cardiovasculaire

          Définition, pourquoi parler de pertinence des soins, pour les patients, coût, un enjeu de santé publique

          Définitions, épidémiologie, physiopathologie, les complications (athéro-thrombose et ischémie chronique)

          Les facteurs non modifiables ; les facteurs modifiables : Le tabac, l’hypertension artérielle, la dyslipidémie, le diabète, le surpoids/l’obésité, la sédentarité ; Les autres (maladie mentale, maladie inflammatoire, cancer, BPCO, spécificité chez la femme…)

          Biologiques, imageries, la juste prescription (coût, intérêts, les délais entre les bilans)

          Le principe, les recommandations de l’European Society of Cardiology (ESC), les échelles d’évaluation, comment choisir en fonction de la population cible (Insuffisance rénale chronique, diabète, personne âgée, personne apparemment en bonne santé)

          Le principe du choix du patient, des objectifs à atteindre « par étape » (pourquoi ?), la prévention primaire, la prévention secondaire, la juste prescription des thérapeutiques médicamenteuses et non médicamenteuses (lutter contre l’inertie thérapeutique)

          • Évaluation et prévention cardiovasculaire d’une personne apparemment en bonne santé âgée, de 40 à 69 ans
          • Évaluation et prévention cardiovasculaire d’une personne apparemment en bonne santé âgée, de 70 ans et plus
          • Évaluation et prévention cardiovasculaire d’une personne ayant une athérosclérose documentée
          • Évaluation et prévention cardiovasculaire d’une personne diabétique et ayant une insuffisance rénale
          • Évaluation et prévention cardiovasculaire d’une personne atteinte d’une leucémie myéloïde chronique sous inhibiteurs de la tyrosine kinase

          Modalités pratiques

          Dernière mise à jour le 26 février 2024